Responsable de l’axe : Andrzej Chankowski

Professeur d’histoire grecque
✉  andrzej.chankowski@univ-poitiers.fr

Cet axe regroupe des chercheurs partageant un intérêt pour la construction anthropologique des identités. Les identités sont plurielles. Le sexe, le rapport au corps ou aux régimes sensoriels sont autant de constructions historiques que les chercheurs rattachés à cet axe se proposent d’analyser en contexte. Il s’agit donc de se situer au croisement de l’individuel et du collectif, à la recherche de facteurs d’identités d’une communauté comme, par exemple, pour l’antiquité tardive, les pratiques liturgiques et leurs relations à l’architecture et au décor. Les groupes civiques, sociaux ou religieux se perçoivent ou sont perçus selon des modalités que définissent leurs pratiques et que trahissent les sources. Leur construction se comprend dans un rapport à l’autre et à soi que reflètent les rapports politiques ou diplomatiques.

La perception de l’antiquité est aussi à comprendre dans un sens plus large : il est également question dans cet axe d’approfondir notre connaissance de la compréhension de l’Antique à la période contemporaine, notamment par une attention portée à l’histoire de l’archéologie, de la constitution des collections.

À la suite des Printemps Arabes de 2011 surtout, la question des Patrimoines en danger et de la lutte contre le trafic illicite des biens culturel est devenu un sous-thème important, impliquant plusieurs membres de l’équipe dans l’expertise archéologique, dans la médiatisation des actions et l’organisation d’actions interdisciplinaires autour du « patrimoine, enquête, droit et justice », domaine partagé avec l’Axe 4 de la MSHS « Patrimoines en danger ».

Histoire de l'archéologie et de la constitution des collections

Perceptions : constructions corporelles et approches culturelles

Pratiques et normes religieuses : regards sur la fabrique identitaire des Anciens

Activités scientifiques de l'axe