Projet de recherche mené par Delphine Ackermann, Andrzej Chankowski, Ghislaine Stouder et Alexandre Vincent.

Présentation

Dans cette thématique de recherche, A. Chankowski conduit un projet commun autour des pratiques religieuses, et des normes religieuses sous-jacentes. C’est un domaine de recherche en plein épanouissement du côté de l’histoire grecque, romaine et chrétienne dans lequel l’archéologie joue un rôle très important. Ce programme fédérateur est susceptible d’englober plusieurs projets :

A. Chankowski étudie le culte des souverains et les différentes formes de sacralisation du pouvoir dans le monde hellénistique. Ce phénomène, trop souvent réduit à ses aspects politiques, est abordé avant tout dans une perspective religieuse, pour montrer ses liens avec les évolutions de la religion grecque à cette époque. Particulièrement importants sont des cas où le culte est destiné à des souverains dont le pouvoir appartient au passé : de telles « survies » du culte de rois hellénistiques sont attestées encore à l’époque impériale avancée. Cette étude doit être menée dans une perspective doublement comparatiste :
–  comparaison avec le culte impérial, phénomène différent, mais proche par sa phénoménologie au culte des souverains hellénistiques dans le monde grec (les recherches, menées sur le culte impérial dans les dernières décennies, ont profondément renouvelé l’approche à cette problématique) ;
– interactions éventuelles, en ce qui concerne la sacralisation du pouvoir, entre la société grecque et des sociétés non grecques que les Grecs côtoyaient à l’époque hellénistique et qui connaissaient des phénomènes analogues. En particulier, l’Égypte lagide offre ici des perspectives de recherche prometteuses.

L’objectif de cette thématique est aussi de créer un pôle de recherche et de formation, avec des partenaires extérieurs (Collège de France, Université Toulouse Jean-Jaurès, projet ANR-DFG franco-allemand…). L’accent sera mis en outre sur la formation, pour  initier les étudiants et les jeunes chercheurs à l’analyse, sur les sites archéologiques, des phénomènes d’insertion des pratiques religieuses dans les sociétés civiques. En plus des séminaires organisés à Poitiers, des travaux de terrain en Grèce, en partenariat avec l’École française d’Athènes, des voyages d’étude, dans des musées en France, mais aussi à Rome, peuvent aussi être envisagés sur cette thématique.

Les normes et pratiques religieuses sont également au cœur de l’activité scientifique de D. Ackermann, qui entend poursuivre ses recherches sur les prêtrises mixtes dans l’Antiquité grecque par quelques études de cas et l’examen des différentes raisons qui ont pu mener à la création d’une prêtrise mixte (homme et femme) pour une même divinité.

Poursuivant ces réflexions sur les normes et pratiques, mais dans le domaine diplomatique, G. Stouder projette de lancer la réalisation d’une base de données sur les actes diplomatiques impliquant Rome pour la période républicaine. Le rassemblement de ces actes diplomatiques serait fondé sur son propre travail de thèse ainsi que sur des travaux d’autres chercheurs non publiés à ce jour. L’objectif est de faire émerger de la mise en série de pratiques diplomatiques, les normes qui réglaient la vie diplomatique de la vie républicaine et leurs enjeux politiques.

L’enquête sur les normes et pratiques sera poursuivie également dans d’autres domaines. Depuis 2019, une nouvelle génération de chercheurs sur la République romaine entend organiser annuellement des rencontres sur cette période. En septembre 2019, un premier colloque s’était tenu à Lorient sur le thème des « Blessures aristocratiques ». Un second colloque s’est déroulé en septembre 2021 à Albi sur le thème « Faire carrière à Rome, sous la République ». Dans la continuité, G. Stouder et A. Vincent  entendent poursuivre ces rencontres à Poitiers en septembre 2022 autour de la question des pratiques républicaines.

Enfin la question de la norme est au cœur des questionnements d’Alexandre Vincent sur les sonorités extrêmes, qui ne peuvent se définir que par rapport à un « tolérable » contextuellement négocié par les acteurs sociaux. Ainsi les « saillances acoustiques » (A. Pecqueux) sont-elles des reflets exacerbés d’une norme sensorielle touchant à tous les domaines de la vie collective (travail, fonctionnement politique, religion, etc…).

 

Principales productions scientifiques

• A. Chankowski, « Le culte des souverains dans l’Asie Mineure du IIIe siècle av. J.-C. à la lumière de documents et de discussions récents » in P. Brun, L. Capdetrey et P. Fröhlich (éds), L’Asie Mineure occidentale au IIIe siècle a.C., Éditions Ausonius, Bordeaux 2021, p. 49-76.

• A. Chankowski, « L’éducation à la grecque » in Le monde grec et l’Orient de 404 à 200 avant notre ère, Pallas, HS, 2021, p. 137-157.

• A. Vincent, communication : « Tubas uirumque cano : les carrières militaires des musiciens », colloque Faire carrière à Rome (Albi, 9-10 septembre 2021).

• G. Stouder, communication : « Des diplomates de carrière à Rome ? », colloque Faire carrière à Rome (Albi, 9-10 septembre 2021).

• D. Ackermann, Y. Lafond et A. Vincent (coord.), colloque international Pratiques religieuses, mémoire et identités dans le monde gréco-romain (Poitiers, 9-11 mai 2019). Publication en cours.

• G. Stouder, communication : « Pulsare legatum : le corps diplomatique entre honneur aristocratique et honneur de Rome », colloque Blessures aristocratiques : du corps à l’honneur (Lorient, 19-20 septembre 2019).

• D. Ackermann, « Les prêtrises mixtes : genre, religion et société », in M. Horster et A. Klöckner (éd.), Cities and Priests. Cult personnel in Asia Minor and the Aegean islands from the Hellenistic to the Imperial period, Berlin-Boston, 2013, p. 7-39.