Thèse de doctorat en Histoire romaine présentée par Mathieu Engerbeaud, sous la direction de Nicolas Tran (HeRMA / Université de Poitiers) et de Sylvie Pittia (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne).

• Date et lieu de la soutenance : 7 décembre 2015 – Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts

 

 

 

Présentation du thème de recherche

Rome devant la défaite (753-264 a.C.)

La conquête romaine, longtemps présentée comme linéaire et inexorable, est en réalité ponctuée de défaites susceptibles de mettre en danger la souveraineté voire l’existence de la cité. Ces échecs placent souvent Rome en situation de crise, et elle doit trouver des solutions militaires, politiques et diplomatiques. La cité doit gérer le deuil public, établir la responsabilité et la défaite, et trouver les voies d’une réconciliation avec les dieux protecteurs. Rome a tiré les leçons de ces défaites et les à inscrites dans son histoire mémorielle. La méthode adoptée se situe au croisement des démarches historiques et anthropologiques, et prend en compte la documentation archéologique.

École doctorale

Lettres, Pensée, Arts et Histoire « Civilisation et littérature de l’antiquité à nos jours »

Publication

> Mathieu Engerbeaud, Rome devant la défaite, Les Belles Lettres / Ministère des Armées, 2017.
Prix d’histoire militaire du Ministère des Armées et du prix SoPHAU de la Société des professeurs d’histoire ancienne de l’Université en 2016.