Thèse de doctorat en Histoire antique préparée par Anne Andreu, sous la direction d'Yves Lafond et Philippe Mainterot (HeRMA, Université de Poitiers).

• Date de dépôt du sujet : octobre 2017

 

 

Présentation du thème de recherche

Les bibliothèques dans l’Égypte antique du Nouvel Empire à l’Époque romaine

Si les premières études de l’Égypte ancienne remontent à la campagne napoléonienne de 1798, l’intérêt porté à ses bibliothèques est beaucoup plus récent. En effet, les premières études portant sur ces institutions dans l’Égypte antique datent des années 1920 et se sont développées ces cinquante dernières années. Toutefois, nous ne possédons actuellement aucun inventaire complet de ces bibliothèques et c’est ce projet de thèse que je souhaite réaliser, tout en essayant d’établir le lien entre les bibliothèques publiques et les bibliothèques privées.

Le terme de « bibliothèque publique », renvoie à une bibliothèque ouverte à tous à partir du moment où certaines conditions sont remplies (notamment savoir lire et écrire). Elles diffèrent des bibliothèques privées par le fait que leur construction émane d’institutions publiques dans l’Égypte antique (les temples et leurs clergés voire l’État lui-même à travers la personnalité même du Pharaon). L’expression « bibliothèque privée » fait quant à elle référence à une bibliothèque appartenant à un particulier et accessible par un nombre restreint de personnes, généralement situées dans l’entourage du propriétaire.

L’analyse des sources antiques (littéraires, épigraphiques) et archéologiques aura pour but, en plus de dresser l’inventaire des bibliothèques, d’en étudier l’architecture. Il s’agira de déterminer dans quel environnement elles se situaient, la façon dont elles étaient organisées et de quelles manières les ouvrages y étaient rangés. L’étude des institutions liées aux bibliothèques permettra également d’obtenir plus d’informations sur l’acquisition et le développement du savoir dans l’Égypte antique ainsi que sur la transmission de la culture égyptienne au fil du temps.

 

École doctorale

ED 612 Humanités – Université confédérale Léonard de Vinci