Thèse de doctorat en Archéologie antique présentée par Julie Marchand, sous la direction de Pascale Ballet (HeRMA) et Roland-Pierre Gayraud.

• Date et lieu de la soutenance : 17 octobre 2016 – Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

 

 

Présentation du thème de recherche

Recherches sur les phénomènes de transition en Égypte de l’époque copto-byzantine au début de l’époque islamique : mobilier et culture matérielle

Ce sujet sur les phénomènes de transition de la culture matérielle de l’époque copto-byzantine à islamique se propose d’expliquer les différents types de mobiliers, de déterminer quels sont leurs héritages et par quelles transformations ils donneront des objets que l’on attribue à l’époque ameyyade. en effet, que qualifie-t-on de période de transition ? quelles dates lui accorde-t-on ? sur quels critères avance-t-on une attribution culturelle : sur la technique même de l’objet ? l’usage ? la fonction ? l’iconographie ? ce travail assurera la liaison entre deux périodes et comblera une lacune dans la recherche en egypte. l’historiographie fera le point sur la recherche de la fin de l’époque copto-byzantine et sur le début de celle islamique. l’étude sera fondée sur tout le petit mobilier d’usage domestique (vaisselle de céramique et de pierre, petite statuaire, os, ivoire, verre, bois, tissus). outre les contextes de découverte, il serait pertinent de déterminer les contextes de production et l’artisanat dans l’économie après la conquête de l’egypte, notamment dans le cas d’objets chrétiens comme les gourdes de pélerinage. restent-ils les premiers temps selon le même fonctionnement que durant la période byzantine, ou changent-ils immédiatement ? il est attesté que les coptes gardent l’apanage de la fabrication des textiles jusque vers le xe siècle par exemple, mais est-ce le cas dans d’autres domaines de l’artisanat ? en ce qui concerne les petits objets telles que les lampes, quels changements peut-on noter ? ces interrogations trouveraient en partie des réponses dans les textes d’époque, en plus des données archéologiques.

 

École doctorale

Lettres, Pensée, Arts et Histoire « Civilisation et littérature de l’antiquité à nos jours »

 

Composition du jury

Pascale Ballet, Professeure des Universités, Université Paris 10 – Nanterre (directrice de thèse)

Anne Boud’hors, Directeur de recherches CNRS, Institut de recherches et d’histoire des textes

Roland-Pierre Gayraud, Chargé de recherches CNRS (directeur de thèse)

Dominique Pieri, Professeur des Université, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

François Villeneuve, Professeur des Université, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne