Thèse de doctorat en Archéologie présentée par Émilie Caillaud, sous la direction de Nadine Dieudonné-Glad (HeRMA) et Didier Beziat.

• Date et lieu de la soutenance : 10 novembre 2017 – Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

 

 

Présentation du thème de recherche

Le fer, réseaux d’échanges et circulation des matières premières métalliques en Aquitaine du VIe s. av. JC au VIe s. ap. JC

Cette recherche vise, à l’aide de méthodes physico-chimiques, à déterminer la provenance des matières premières métalliques employées dans les ateliers de forge de l’Aquitaine antique. La méthodologie consiste à comparer la composition chimique des résidus de scorie, piégés dans les objets, à la composition des scories retrouvées dans les ateliers de production. En effet, les inclusions de scorie, présentes dans les résidus métalliques, sont des marqueurs historiques de l’origine du métal et des matières premières utilisées. Cette technique permet de distinguer des objets dont les inclusions ont des compositions différentes et par conséquent des provenances diverses.

Pour cela, diverses analyses sont réalisées :
– observations aux microscopes (microscope métallographique, microscope électronique à balayage couplé en EDX)
– analyses élémentaires : identification des éléments traces, caractéristiques de la signature chimique du minerai, par ablation laser (LA-IPC-MS)

 

École doctorale

Lettres, Pensée, Arts et Histoire « Civilisation et littérature de l’antiquité à nos jours »

 

Composition du jury

• Didier Beziat professeur, Université de Toulouse 3 – Paul Sabatier (directeur de thèse)

• Nadine Dieudonné-Glad, professeure, Université de Poitiers (directrice de thèse)

Philippe Dillmann, directeur de recherces, CNRS

Laure Laut, maître de conférences, Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

Pierre-Yves Miclent, maître de conférences HDR, Université de Toulouse 2 – Le Mirail

Vincent Serneels, professeur, Université de Fribourg