Lydie Bodiou, Véronique Mehl, 2015
Introduction de Françoise Héritier

• Les Belles Lettres
358 pages
EAN13 : 9782251030241

 

 

Présentation

L’imaginaire collectif contemporain perçoit l’Antiquité comme sanguinaire. Sur scène, dans l’arène, sur le champ de bataille ou dans les sanctuaires, le sang coule. Porteur de vie et de mort, il est autant souillure qu’élixir, il a quelque chose de mystérieux ; il coagule ou non, il pervertit ou soigne. Le sang, c’est celui que l’on transmet à ses fils, celui des liens familiaux qui déterminent l’appartenance à une lignée ou l’exclusion, c’est aussi le grand baromètre de la vie, celui des saisons du corps féminin ou qui sourd de la blessure du guerrier, l’un donne la vie, l’autre la reprend.
Ambivalent, impur et vital, mortifère et magique, le sang recèle tous les fantasmes et toutes les peurs de l’Antiquité. Mais la fascination et la répulsion qu’il exerce sur les Anciens nous sont-elles si étrangères ?