Projet créé et dirigé par Michela Costanzi (2016-, TrAme / Université de Picardie Jules Verne) et Vincent Michel (2016-2018, HeRMA / Université de Poitiers), avec la participation de Séverine Lemaître (HeRMA / Université de Poitiers) et Frédéric Gerber, directeur-adjoint de la mission archéologique française d’Halaesa (HeRMA / Inrap).

Présentation

À la demande de la municipalité de Castel di Tusa et du parc archéologique d’Halaesa, le projet Haleasa a été fondé par M. Costanzi (TrAme/Univ. de Picardie) et Vincent Michel (HeRMA / Université de Poitiers) en 2016. Il porte sur l’étude d’une cité depuis sa création à l’époque grecque jusqu’à son déclin et son abandon au début de l’époque médiévale. D’anciennes fouilles limitées principalement au secteur de l’agora n’ont pas permis de préciser l’occupation complète de la cité. Il est intéressant de voir comment ce site qui présente, en l’état de nos connaissances issues des anciennes fouilles, une occupation ininterrompue du Ve siècle av. J.-C. au IXe ap. J.-C., a réagi aux changements apportés par les différentes vagues de civilisation, des Sicules aux Arabes, en passant par les Grecs et les Romains. L’étude de l’évolution du site sur un long terme permettra de comprendre comment le site a reçu ces vagues d’occupation successive et comment il s’en est accommodé.

Dans ce sens, le phénomène et les vestiges religieux (temples, église, grotte sacrée…) sont évidemment très importants. Aussi, le projet souhaite aborder le processus de pénétration des cultures et des religions d’abord sicule, grecque, puis romaine, et enfin chrétienne à travers l’étude des sources textuelles, de l’architecture, de la production matérielle, dans une démarche pluridisciplinaire. Il s’agit d’essayer de comprendre comment à chaque période, l’arrivée d’une culture ou d’une religion a été perçue, intégrée, ou au contraire écartée, attestant une sorte d’acculturation, d’hybridation, et d’interaction ou bien, à l’inverse, une absence d’échange et d’influence conduisant à une cohabitation parallèle.

Ce projet a été conçu également comme un chantier-école rassemblant des étudiants des universités de Poitiers, d’Amiens, de l’École du Louvre, Paris-Sorbonne et de l’EPHE. Ils sont encadrés sur place par des enseignants d’Amiens, ainsi que par des archéologues et des topographes professionnels de différentes institutions (Inrap, Casa de Velázquez, etc.), avec la participation jusqu’en 2020 de Séverine Lemaître (HeRMA / Université de Poitiers).

En 2018, la mission a « offert » à la Sicile, et à une population locale comblée, un nouveau théâtre identifié grâce à l’archéologie. Le bâtiment pourrait dater des IIIe-IIe siècle av. avant J.-C.

Principales productions scientifiques

  • Costanzi M., Gerber F., Lamare N., Mouny S., « Halaesa : bilan des activités de la Mission Archéologique Française 2016-2019 ». ΚΩΚΑΛΟΣ Studi di storia antica pubblicati dall’Università di Palermo, LVI, [2019], 2020, p. 9-97.
  • Costanzi M., Gerber F., Lamare N.,  Mission archéologique française d’Halaesa (Sicile du Nord, Italie), rapport de fouilles 2019.
  • Costanzi M., Michel V., Mission archéologique française d’Halaesa (Sicile du Nord, Italie), rapports préliminaires des fouilles menées à Halaesa : 2016, 2017, 2018.
  • Costanzi M., Michel V. (coord.), journée d’études La Sicile antique et médiévale #2 (Amiens, 28 mars 2018).
  • Costanzi M., Michel V. (coord.), journée d’études La Sicile antique et médiévale #1 (Poitiers, 22 mars 2017).