Projet de recherche mené par Sandra Jaeggi-Richoz, chercheuse associée à HeRMA.
Vase à bec découvert à Cologne, inscription sur l’épaule, ht. 7,2, larg. 7,9 cm, Bonn, Rheinischen Landesmuseum, 1694-321, Photo J. Vogel, LVR-Landesmuseum Bonn.

Présentation

Dans la continuité de sa thèse de doctorat Du sein au biberon : culture matérielle et symbolique de l’alimentation des tout-petits en Gaule romaine (Universités de Fribourg et de Bretagne Sud) et de sa recherche post-doctorale Les humeurs végétales : du lait, du sang, des larmes. Métaphore ou unité biologique ? (Laboratoire HiSoMA – UMR 5189 – Lumière Lyon 2), S. Jaeggi-Richoz va entreprendre une nouvelle recherche intitulée « Du végétal à l’animal, du frais au pourri, le rôle des odeurs dans les pratiques alimentaires, rituelles, médicinales et cosmétiques ». Elle va ainsi exploiter et enrichir ses précédents résultats sur le lait et ses états (qui caille, change de couleur et d’odeur) ainsi que sur des (petits) vases inscrits dont la fonction entre alimentaire, thérapeutique et cosmétique, reste discutée. Dans ce cadre, S. Jaeggi-Richoz va également établir un corpus des inscriptions réalisées sur des vases dits à parfum ainsi que sur d’autres types vasculaires découverts dans les différents contextes (funéraire, médico-magique, domestique et artisanal) en Grèce et dans le monde gréco-romain (péninsule italique et Gaule), entre le Ve siècle av. J.-C. et le IIIe siècle apr. J.-C.