Journée d’études organisée par le laboratoire HeRMA, sous la coordination d’Alexis Avdeeff (GRESCO) et Nadine Dieudonné-Glad (HeRMA), autour de la parution de l’ouvrage Puissances divines à l’épreuve du comparatisme.

• 8 décembre 2017 – 10h / 16h30

• Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet
24 rue de la chaîne – Bât. E13

• Ouvert à tous les étudiants

 

 

Programme

• 10h – Alexis Avdeeff, Université de Poitiers
Propos introductif

• 10h15 – Fabio Porzia, Université de Toulouse
Où vivent les dieux ? La terminologie sémitique des lieux de culte

• 11h20 – Isabelle Bertrand, Musées de Chauvigny
Adorer les Puissants en Gaule romaine. L’exemple du sanctuaire du Gué-de-Sciaux

 

• 14h15 – Thomas Galoppin, Université de Toulouse
Puissance rituelle, interculturalité et innovation : ce que nous apprennent les rites ‘magiques’ gréco-égyptiens sur la fabrique des puissances divines

• 15h20 – Vasso Zachari, EHESS Paris
Configurations de dieux et puissance divine sur la céramique attique

 

En savoir plus

Puissances divines à l’épreuve du comparatisme. Constructions, variations et réseaux relationnels

Brepols, Bibliothèque de l’École pratique des hautes études, 2017

Sous la direction de Corinne Bonnet, Nicole Belayche, Marlène Albert-Llorca, Alexis Avdeeff, Francesco Massa, Iwo Slobodzianck

 

« Les dieux helléniques sont des Puissances, non des personnes » : dans le sillage de J.-P. Vernant, mais en développant de nouvelles perspectives, une enquête comparative au cœur de la fabrique du divin.

Brepols, Bibliothèque de l’École pratique des hautes études, 2017Les dieux helléniques sont des Puissances, non des personnes. La pensée religieuse répond aux problèmes d’organisation et de classification des Puissances. En partant de ce texte de J.-P. Vernant et en intégrant les perspectives nouvelles issues des travaux des historiens et des anthropologues du religieux, ce livre explore de façon comparatiste, et sans partir de modèles préalables, la pertinence de cette proposition. Il soulève deux questions aussi simples que redoutables : qu’est-ce qu’une puissance divine? Comment la conçoit-on et l’inscrit-on dans le temps, dans l’espace, dans des réseaux relationnels ? La réflexion s’organise autour de deux axes : étude de la terminologie relative à la puissance divine et des modalités de son expression à travers les images, les textes et les pratiques rituelles; analyse des modes de construction des puissances et des réseaux dans lesquels elles s’inscrivent. Ce livre pénètre ainsi au cœur même de la fabrique du divin et des structures qui l’organisent, en contexte polythéiste comme monothéiste. Centré sur le système de pensée des Grecs et des Romains, il s’attache aussi à le mettre en regard avec d’autres aires culturelles de l’Antiquité.