La céramique syro-orientale de Bazyan (Irak)

En partenariat avec l’UMR 8167 « Orient et Méditerranée » et le Département d’archéologie et d’histoire à l’université Salahedine d’Erbil (Kurdistan d’Irak), la mission franco-irakienne sous l’égide du laboratoire HeRMA porte sur le site chrétien de Bazyan situé dans la région du Kurdistan d’Irak, près de la ville de Sulaymānīyah. Le site se trouve au débouché ouest de la passe dite de Bazyan, l’antique babitu des annales assyriennes, point de passage obligé entre deux grands plateaux agricoles. Le tell avait été signalé par un voyageur anglais, Rich, dès le milieu du xixe siècle, mais ce sont des travaux d’adduction d’eau au début des années 80 qui ont à la fois éventré et exhumé le site : l’édifice a considérablement souffert. Une fouille irakienne de 1987 à 1990, rapidement effectuée, a donné lieu à une publication très sommaire. L’essentiel du matériel céramique et numismatique a été égaré (il ne reste au musée de Sulaymānīyah que les objets métalliques les plus reconnaissables, une collection de grands vases de stockage et des plaques murales portant des croix)

Le projet de Loïc Mazou vise, entre autres, à étudier la céramique syro-orientale et l’art sassanide chrétien au Kurdistan, à partir du monastère nestorien de Bazyan. Plusieurs problématiques guident le travail et motivent l’intérêt pour l’analyse du mobilier céramique. La première consiste à retrouver un ancrage chronologique pour l’édifice, dont la plus grande partie de la stratigraphie a été oblitérée par les fouilles anciennes. La deuxième doit permettre de percevoir l’ancrage spatial de l’édifice et de comprendre le tissu commercial hypothétique dans lequel il s’insère. La troisième vise à définir les modes de consommation de la céramique.

Depuis 2011, malgré le manque de contextes non perturbés par les fouilles anciennes, certaines avancées concernent l’évolution chronologique des bâtiments. Au vu des premiers examens céramologiques, trois phases ont pu être repérées : les couches les plus anciennes semblent remonter à la fin de la période sassanide aux VIe – VIIe siècle apr. J.-C., période à laquelle les premières communautés chrétiennes occupaient déjà le monastère de Bazyan ; une deuxième phase est perceptible aux alentours des VIIIe – IXe siècles ; enfin, une dernière phase témoigne d’une occupation au moins jusqu’au XIIe siècle apr J.-C.

Recherche

Menu principal

Haut de page