Les espaces de transition dans les villes romaines d’Hispanie – recherches archéologiques à Baelo Claudia

Les dossiers de recherche et les programmes de travaux initiés par Bertrand Goffaux sur le site de Baelo Claudia sont actuellement poursuivis par les participants appartenant à l’équipe HeRMA mais également à d’autres équipes de recherche de l’Université de La Rochelle et de l’Université de Lille 3, en plus des partenaires espagnols. Les recherches se déploient en particulier dans le cadre d’un programme financé par la CUE (anc. PRES) Limousin, Poitou-Charentes (2014-2015), dont Laurent Brassous, Université de La Rochelle (équipe ESTRAN, UMR LIENSs), assume aujourd’hui la coordination, Séverine Lemaître assurant la partie poitevine du partenariat.

 

Ces recherches renvoient aux formes urbaines et suburbaines de l’occupation de la péninsule Ibérique durant la période romaine, de la fin du IIIe s. av. J.-C. au Ve s. ap. J.-C. Les recherches visent tout particulièrement à mettre l’accent sur la dimension communautaire de l’usage des espaces dans la ville. Elles sont indissociables des activités déployées dans le cadre du sous-axe 3 (Epigraphie, commémoration, monumentalisation) de l’axe 1 du quadriennal d’HeRMA, l’analyse de l’espace urbain dans la péninsule Ibérique ne pouvant se comprendre qu’à la lumière des inscriptions qui ornaient les cités hispaniques. C’est par exemple ainsi que les recherches menées sur les scholae et les espaces de la vie collégiale ne peuvent se concevoir que dans un jeu de dialogue entre documents épigraphiques et vestiges archéologiques. Parmi tous les dossiers traités, un fait l’objet d’un programme de recherches spécifiques, étalées sur un temps long à travers la reprise de fouilles sur le site de Baelo Claudia.

La distinction que nous opérons entre public et privé recouvrait certainement un sens différent dans la société romaine où fonctions publiques et dignité privée tendaient à se confondre. Les élites des cités se définissaient avant tout par la place qu’elles occupaient dans l’espace civique, et donc par les fonctions qu’elles avaient exercées ou exerçaient, lesquelles étaient constitutives de leur identité. Dans le domaine urbanistique également, les études qui ont porté sur les maisons romaines remettent en cause l’idée même d’une séparation nette entre les domaines du public et du privé. C’est donc dans la continuité de ces recherches que se placent ces travaux, étudiés à travers la fouille du secteur sud-est de la zone monumentale de la ville de Baelo Claudia, située sur le littoral atlantique, à proximité du détroit de Gibraltar.

Le forum de la cité et ses abords immédiats ont été fouillés au cours de campagnes successives de 1966 à 1990, et sont désormais relativement bien connus. Le flanc sud de la place publique est occupé par une basilique transversale bordée d’une place méridionale ouvrant ensuite sur la voie décumane principale de la cité, qui vient de faire l’objet d’une fouille intensive sur toute sa longueur (2009-2010). Mais la parcelle située immédiatement à l’est de la basilique et de la place méridionale n’avait pas encore fait l’objet de prospections ni de fouilles.

L’objectif du programme de recherches archéologiques lancé en 2012 est d’étudier cet espace singulier dans son contexte : situé aux abords immédiats de la place du forum à laquelle il permettait d’accéder depuis la voie décumane principale, il se trouvait à la jonction d’espaces publics et domestiques. La fouille conduit dès aujourd’hui à mieux comprendre cet espace depuis ses origines, qu’il faut situer à l’époque de la fondation de la ville, au Ier s. av. J.-C., jusqu’aux périodes de réoccupation tardive. À travers ses transformations, c’est toute l’évolution d’une zone de transition que ce projet entend étudier.

Après une première campagne de nettoyage et de prospection superficielle en 2011, le projet se développe sur un calendrier de 6 ans (2012-2014-2016 : fouilles ; 2013-2015-2017 : étude et valorisation), conformément aux exigences fixées par la Junta de Andalucía pour les activités archéologiques programmées.

Il s’appuie sur un partenariat fort établi entre le Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia, dépendant de la Junta de Andalucía, et la Casa de Velázquez, Ecole des Hautes Etudes Hispaniques de Madrid.

L’organisation à l’université de Poitiers les 18 et 19 mars 2015 de deux journées intitulées BAELO CLAUDIA : Les recherches récentes. Journées d’étude en hommage à Bertrand Goffaux marque l’aboutissement du programme de recherche Baelo Claudia financé par la Communauté d’Universités et Etablissements (CUE) Limousin-Poitou-Charentes (anc. PRES) sur deux ans (2014-2015) et porté par les universités de Poitiers (HeRMA EA 3811) et de La Rochelle (LIENSs UMR 7266). Notre collègue Bertrand Goffaux, brutalement disparu en 2013, en avait été l’instigateur et le coordonnateur scientifique pour l’université de Poitiers. Le programme de ces journées est disponible sur le site web de l’équipe HeRMA.

 

Participants : J. Hiernard, Xavier Deru (MCF, Halma-Ipel, UMR 8164 – Lille 3)

Recherche

Menu principal

Haut de page