Restitutions virtuelles en 3D des élévations d’architectures anciennes : réflexion sur la pertinence des outils employés

La reconstruction virtuelle, à l’aide d’outils numériques de modélisation 3D, d’édifices archéologiques partiellement conservés est un domaine en plein développement. Les outils utilisés appartiennent à deux familles : les logiciels d’imagerie et les logiciels d’architecture, d’utilisation complexe et non conçus pour des reconstructions intégrant des parties conservées et des parties restituées. Ces logiciels ne permettent pas de traiter facilement l’existence d’hypothèses de reconstructions variées et toutes plausibles, qui tiennent compte des vestiges découverts.

 

Différentes hypothèses de restitution d’un bâtiment antique. En rouge les éléments  d’élévations attestés par la présence de vestiges archéologiques « en place » (« Le Parc », Rom, Deux Sévres, infographie M. Linlaud)         Pratiquement tous les choix interprétatifs sont donc actuellement faits en amont ou au cours de la réalisation de la modélisation 3D, qui fournit ainsi « la meilleure restitution » sans proposer d’alternatives qui pourraient être tout aussi plausibles. Une des principales causes de cette vision univoque est probablement la complexité et l’inadaptation des logiciels employés et donc la longueur du temps passé à produire ces restitutions, induisant un coût élevé.

Différentes hypothèses de restitution d’un bâtiment antique. En rouge les éléments  d’élévations attestés par la présence de vestiges archéologiques « en place » (« Le Parc », Rom, Deux Sévres, infographie M. Linlaud)

Différentes hypothèses de restitution d’un bâtiment antique. En rouge les éléments d’élévations attestés par la présence de vestiges archéologiques « en place » (« Le Parc », Rom, Deux Sévres, infographie M. Linlaud)

 

C’est pourquoi un projet de création d’un logiciel de reconstruction virtuelle répondant aux besoins et aux pratiques des archéologues a été initié, impliquant archéologues de l’équipe HERMA et informaticiens de l’équipe XLim/SIC dans une collaboration très étroite. L’objectif de ce projet est de permettre aux archéologues de produire des images virtuelles en 3 dimensions, avec une interface conviviale adaptée à leurs besoins, et de leur donner la possibilité de modifier leurs hypothèses de restitution en changeant à volonté les paramètres envisagés (hauteur des murs, pente du toit, nombre de fenêtres…) puis de « rejouer » l’historique de construction avec ces nouveaux paramètres. De cette manière, plusieurs restitutions possibles de bâtiments peuvent être proposées, permettant de rendre compte des incertitudes sur lesquelles reposent les interprétations archéologiques et de sortir des représentation univoques.

Participants HeRMA : N. Dieudonné-Glad, F. Gerber (Inrap), P. Maguer (Inrap), P. Ballet, V. Michel.

Participants équipe Xlim/SIC UMR 7252 : X. Skapin, D. Marcheix, A. Arnould.

Recherche

Menu principal

Haut de page